Dernière étape avant l’immersion dans les Rocheuses Canadiennes

Après le parc Waterton, où les montagnes dominent les lacs, nous voilà en direction du parc national des prairies dans la Saskatchewan. Dernier vestige des prairies qui recouvraient le sud du pays avant d’être remplacées par les fermes et les villes actuelles.

On dormira à mi – parcours, juste à la frontière entre les deux provinces, et on échappera à l’orage en étant aux premières loges pour le contempler.

IMG_1339

On arrive vers 13h au Grassland National Park, bien accueilli au centre d’information où il nous est rappelé que nous sommes au pays des serpents à sonnettes (mortels .. brrr…) et des bisons (à l’état sauvage, fini les enclos fermés pour la saison!).

Après une pause déjeuner bien méritée, on traverse le village vintage de Val Marie, porte d’entrée du bloc ouest du parc.

IMG_1372.JPG

A 500 mètres à peine de l’entrée du parc, surprise! Nous voilà récompensés de notre persévérance! Un petit troupeau de bisons fait sa pause déjeuner à quelques mètres de la route et nous offre la possibilité de les observer longuement.

On enchaîne nos découvertes animalières par les immenses (!!) colonies de chiens de prairies qui bordent la route. Ces colonies sont très importantes dans l’écosystème de ces prairies, entre autre, car en boutant l’herbe autour des terriers ils permettent aux fleurs de pousser, pour nourrir les grands mammifères (antilope d’amerique). Difficile de passer incognito quand leurs cris alertent toute la colonie.

On croise un peu plus tard deux antilopes d’Amérique, craintives mais curieuses qui nous suivront pendant un bout de chemin.

On aura même la chance d’assister aux moments de jeux et de liberté d’un des derniers troupeaux sauvage de bisons des plaines du Canada (et d’Amérique du Nord ?).

On decouvrira aussi tout au long de notre escapade une multitude d’oiseaux, et le printemps dévoilera ses premières fleurs. Les eclairs perceront les nuages dans le ciel du soir et le soleil l’embrasera. La nature reprends ses droits et les paysages sont à couper le souffle.

« Vous pouvez lui témoigner du respect d’entrée de jeu ou tenter de parvenir à vos fins autrement… mais sachez que cette terre réclamera son dû »

On décidera d’y passer deux nuit au lieu d’une et cette expérience restera comme une des plus impressionnantes de notre jeune périple.

Pour se remettre de nos émotions, et avant de quitter le Saskatchewan nous passons à Gravelbourg, connu pour son petit goût d’Europe.

Et Moose Jaw, lui connu pour ses liens avec Al Capone et son trafic de whisky pendant la prohibition américaine.

Cette fois le Saskatchewan c’est fini, à nous les Rocheuses. A bientôt.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s