Pérou – Acte II & Équateur

le

Retour de l’Ile de Pâques et direction le nord du Pérou.

Notre première étape sera Trujillo et les Ruines de Chan Chan. Construite en adobe (terre) par la civilisation Chimu entre 800 et 1400 après JC, c’était la plus grande cité de ce type avant la conquête par les Incas. Malheureusement les éléments (l’eau et le vent) la détruise, malgré les efforts de conservation. Nous visiterons une petite partie, entre constructions érodées et rebâties par les archéologues. Ici beaucoup de représentations animales et marines en forme de fresques et des murs gigantesques.

Nous partons en bus de nuit pour Chachapoyas, au milieu des Andes.

D’abord nous irons à Cocachimba, un petit hôtel avec vue sur les Chutes de Gocta. 780 mètres, la taille de ces chutes ; 16ème, le classement parmi les plus hautes chutes au Monde.

Après les avoir vu de loin, on fera une petite randonnée aux aurores pour profiter du calme et de la fraicheur et s’en approcher très très près….très très impressionnant.

L’après-midi, n’étant pas rassasiés de cascades nous décidons de partir pour Yumbilla, une heure de pick-up pour arriver au sentier menant à cette nouvelle cascade. Le temps se couvre mais on tente notre chance. Tout se passe bien au début, on passe devant puis derrière certaines cascades, c’est assez impressionnant. On a même droit à un peu de soleil.

Finalement on arrive au clou du spectacle, les chutes de Yumbilla. 890 mètres, sa taille ; 5ème son classement (et pourtant c’est déjà tellement impressionnant). Elle se décompose en plusieurs sauts. D’abord un petit saut vu de loin. Puis le plus spectaculaire, celui vu du pied, le long d’une falaise ou d’autres petites chutes coulent sur les côtés. Malheureusement pour nous la pluie fait son apparition, en quelques secondes nous serons trempés (malgré nos ponchos) et l’appareil photo de Clémence rendra l’âme plus tard dans la soirée.

On rentre à Chachapoyas, d’abord pour aller voir Canyon del Sonche, à quelques kilomètres de la ville. Environ un kilomètre de profondeur, du vert partout, une cascade en fond et une impression de calme.

Le lendemain on part visiter Kuelap, des ruines pouvant faire concurrence au Machu Picchu, par leur taille et leur importance. Construite par la civilisation Chachapoyas (Guerriers des Nuages) entre 900 et 1400 après JC. C’était le centre religieux, le centre politique et une des plus grandes villes de l’Empire. Elle fut construite au sommet d’une montagne pour pouvoir dominer la région. C’était une civilisation presque aussi puissante que les Incas, presque est le bon mot car au 15ème siècle les Incas ont conquit leur Empire (quelques dizaines d’années plutard les Espagnols arrivaient et écrasaient les Incas à l’aide des Chachapoyas).

Maintenant on y accède en téléphérique, rapide et reposant, mais cette construction à peut-être bloquée la probabilité que le site soit inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (les constructions dans les zones inscrites sont très réglementées).

Les arbres ont repris leur droit sur les ruines, ils poussent entre les pierres, au milieu des anciennes maisons et même sur les murs. Cela fait penser à Angkor, les fameuses ruines cambodgiennes. Les arbres sont laissés car maintenant ils font parti intégrante de la structure et les enlever pourrait tout déstabiliser.

Marcher entre les ruines, au milieu des arbres et avec une vue à 360° c’est une expérience extraordinaire.

Maintenant direction l’Equateur, par la petite porte. Cela implique 3 bus, 2 collectivos (minivan), un camion transformé en bus et 24h non-stop à changer de transport et profiter des paysages. Entre les rizières du Nord du Pérou, les crêtes vertigineuses des Andes et les plantations café de la région de Loja (sud de l’Equateur). Au poste frontière nous devrons même aller chercher le douanier, qui jouait au volley avec des collègues, pour faire tamponner notre passeport. En arrivant vers Cuenca on découvre des haciendas aux toits en tuiles, un nouveau changement de décors.

Cuenca, magnifique ville dans les Andes. Ici beaucoup de bâtiments coloniaux encore en très bon état et une ville assez propre (depuis Chachapoyas on voit moins de déchets sur les bords de routes mais ça ne durera pas). C’est très agréable de s’y balader, il y a même un délicieux restaurant français proposant des tartiflettes sur la place centrale et on trouvera finalement un nouvel appareil photo.

Direction la mer et Puerto Lopez, ville sale et sans grand charme malgré un front de mer refait à neuf. Mais on est ici pour l’Isla de la Plata, une île que l’on surnomme les « mini Galapagos » dût à son abondance de faune. On y fera un tour, 1 heure de bateau d’abord puis de la marche et du snorkeling (plongée avec masque et tuba, que seule Clémence pratiquera). Durant tout ce temps on verra une profusion d’oiseaux et d’animaux marins. Dans le désordre, des pélicans, des frégates (et leur cou rouge gonflé tel un ballon de baudruche, ce sont les mâles qui font ça pour attirer les femelles pour la reproduction), des fous à pieds bleus (ils portent bien leur noms ceux là et ne sont pas farouches car ils restent au milieu du passage quand on arrivent et parfois attaquent même), un fou de Nazca (le seul et unique, posé en pleine mer), des pailles-en-queue (genre de mouette avec 2 « pailles » à la place de la queue), des serpents, des poissons perroquets, un poisson trompette, des raies sauter au loin (spectacle surprenant et hallucinant) et des tortues vertes du Pacifique. Une profusion de vie sauvage, magnifique à découvrir.

Après cette escapade marine on arrive à Quito, la capitale. La vieille ville est vraiment belle, encore des bâtiments coloniaux et des églises superbes.

On profite d’être là pour aller à la Mitad del Mundo, là où passe l’équateur. C’est amusant de se dire que l’on est sur la ligne qui sépare les deux hémisphères, de passer de l’hémisphère Sud à l’hémisphère Nord en quelques minutes.

Après ce petit amusement nous partons pour Otavalo. Ici se trouve un des plus grand marché textile d’Amérique du Sud. De la couleur partout, de jolis tissus sur chaque stand, un régal pour les yeux, moins pour le portefeuille. On y passera quelques heures à la recherche de la perle rare.

Et maintenant direction Mindo, paradis des oiseaux. On y passera 4 jours à la recherche de Toucans, coqs de roches (oiseaux rouges et gris, emblème national du Pérou) et tout autres oiseaux pouvant se présenter à nous. Mindo se trouve au milieu de forêts protégées par l’État et certains particuliers, ce qui  explique le foisonnement de vie (il y a quelques années de cela ils se sont rendus compte que garder leur forêt intacte pouvait leur permettre d’attirer des touristes et accessoirement protéger le milieu sauvage).

On y découvrira aussi le processus de fabrication du chocolat (l’Equateur étant le premier producteur de cacao) et du café (dans les années 80 l’Equateur produisait énormément de café, avant de laisser tomber sa production pour le pétrole).

Pour finir notre voyage en Amérique du Sud nous retournons une dernière fois dans les Andes, à plus de 3 000m d’altitude. D’abord au Cotopaxi, fameux volcan équatorien, nous aurons une magnifique vue dégagée dessus et irons même au refuge à 3 8OOm.

La Laguna Quilotoa, un lac de cratère très joli, au milieu de la campagne équatorienne.

Et voilà, l’Amérique du Sud c’est fini. Une superbe expérience au milieu de paysages variés et grandioses accompagnés d’une faune étonnante.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s